Brassage d’histoire et de tradition.

Erquelinnes, Leers et Fosteau, Ragnies, Beaumont, Chimay, Scourmont.

Parcourez nos routes champêtres et plongez au cœur des traditions brassicoles intimement liées à l’histoire régionale. Ce circuit débute par la visite d’un site hors du commun en matière de brasserie, la microbrasserie familiale d’Erquelinnes.

C’est là qu’est brassée L’Angélus, une bière cent pour cent naturelle.
Le parcours se poursuit par la visite du Château du Fosteau. L’édifice classé des 14e et 15e siècles vous fera voyager au cœur de l’histoire. On y trouve d’ailleurs une des plus belles salles gothiques de Belgique. Ses jardins français dessinés en terrasses vous enchanteront par leur beauté et leur sobriété. A l’issue de la découverte de ce patrimoine, vous pouvez y déguster une Bière blonde portant le nom du château.
Dans le petit village de Ragnies, l’unique distillerie belge d’eaux-de-vie et liqueurs de fruits, la Distillerie de Biercée distille, dans le plus strict respect des règles de l’art, l’incomparable Eau de Villée, ainsi que d’autres eaux-de-vie.
Ouverte au public depuis 2004 dans le superbe cadre de la ferme de la Cour, la distillerie propose une bière blanche à l’eau de Villée et un scotch au P’tit Pêket.
A Beaumont, ville médiévale, se dresse fièrement le Château des Princes de Caraman-Chimay. Situé à proximité, l’Office du Tourisme vous propose un circuit guidé de la ville sur le thème de Charles Quint et la fameuse légende des pendus. Une dégustation de la « bière des arbalétriers » est organisée sur demande pour les amateurs.
A l’entrée de la cité princière de Chimay, vous découvrirez le fier Château des Princes de Chimay dressé sur les hauteurs. La route vous invite ensuite au centre de cette petite ville où une exposition sur le thème des bières trappistes de Chimay vous sera proposée.

La route continue vers un lieu de quiétude et de paix, l’Abbaye de Scourmont. Partez à la découverte de sa chapelle et de ses jardins. Avant de reprendre le chemin du retour, poussez la porte de l’Auberge de Poteaupré et découvrez les produits régionaux avant d’y déguster une des bières trappistes de Chimay.

De la chope à la bière.

Châtelet, Jumet, Binche, Thuin.

Ce chemin vous conduira du contenant au contenu.
De la Chope ou calice en grès à la bière légère et mousseuse à souhait, vous découvrirez le travail des différents artisans, le tout agrémenté de différentes dégustations.

Il débute au Centre d’Interprétation de la Poterie à Bouffioulx. Ce site touristique retrace la surprenante évolution du monde des céramistes à travers les siècles. De la terre généreuse au grès céram, le potier maîtrise les différentes étapes qui permettent de transformer la matière en œuvre. Un spectacle audio- visuel rend hommage au génie de l’artisan, cet alchimiste de l’eau, du feu et du sel qui fait “chanter la terre”.
Vous aurez également l’opportunité de visiter la Poterie Dubois, toute proche. L’argile de très bonne qualité permet à Bernard Dubois, l’actuel potier, d’assumer avec sa famille la 13e génération de potier. Leur atelier vous fera découvrir l’évolution du métier et l’habileté de ses artisans.
A quelques pas de cette petite bourgade, votre prochaine destination est la Brasserie L’Union à Jumet. Les origines de la brasserie remontent à l’ère de la machine à vapeur puisqu’elle fut fondée en 1864. Située à Jumet depuis sa création, elle prit l’appellation Brasserie L’Union en 1923 pour des raisons sociales. L’Union est aujourd’hui l’une des brasseries belges les plus spécialisées dans le brassage à haute fermentation.
Ensuite la route continue vers Binche pour atteindre la Brasserie La Binchoise. La brasserie installée au pied des remparts de Binche décidait, en 2000, d’ouvrir ses portes au public afin de faire découvrir la salle de brassage intégrée à la salle de dégustation au cœur de la malterie du début du siècle. Cette salle au caractère authentique, témoigne du riche passé brassicole. Suivant les saisons, vous aurez la possibilité de découvrir jusqu’à 7 bières différentes.

La dernière étape du circuit mais non la moindre vous amènera à la Brasserie du Val de Sambre. Située dans le cadre de la prestigieuse abbaye cistercienne d’Aulne, cette petite brasserie artisanale vous propose un moment de découverte, de détente et de plaisir. Vous pouvez assister au brassage des fameuses bières d’ab- baye ADA. Elaborées avec le plus grand soin dans le respect des traditions ancestrales, ces bières blondes et brunes ont remporté le 1er prix de la coupe de Wallonie 98 des bières artisanales. L’abbaye peut également se visiter.

Vous pouvez faire ce parcours en vélo. Demandez le plan du circuit, ou participez à la balade guidée en groupe.

De Tournai à Beloeil – Tournai et la Picardie belge.

Bière en picardie

Découvrez à pied le cœur historique de Tournai, l’une des plus vieilles cités de Belgique et ville d’art comptant 7 musées. Introduit par un spectacle multimédia de 20 minutes à l’Office du Tourisme, le cir- cuit vous emmène au beffroi avant de vous révéler 2.000 ans d’histoire de la ville à travers ses nombreux édifices à l’architecture variée. Il intègre notamment la cathédrale, inscrite avec le beffroi, au « Patrimoine mondial de l’UNESCO ».

EN DIRECTION DE BELOEIL:

A Pipaix – Leuze, outre la Brasserie Dubuisson Frères visitable uniquement pour les groupes et sur réservation, vous pouvez aller voir le musée Mahymobiles. Cette collection est une des plus impressionnante au monde, tant par le nombre que par la variété des véhicules. Vous y découvrirez l’histoire mondiale de l’automobile de 1895 à nos jours. Toujours dans cette localité, la Brasserie à vapeur est, quant à elle, visitable sur réservation.

Aubechies, l’un des plus beaux villages de Wallonie, abrite un site de reconstitutions archéologiques, l’Archéosite d’Aubechies, présentant divers habitats illustrant la vie de nos ancêtres, de l’arrivée des premiers agriculteurs du Néolithique jusqu’à la période gallo-romaine.
Enfin, à Beloeil, le Château des Princes de Lignes de style classique est entouré de douves et surplombe de superbes jardins à la française dessinés en 1664. Il est, depuis le 14e siècle, la demeure de la famille de Ligne.

 

EN DIRECTION DE COMINES:

A Mouscron, le Musée du Folklore vous invite à une promenade dans le temps en découvrant ses reconstitutions d’intérieur, ses artisans, ses collections thématiques dont spécifiquement cette année sur le thème de la bière.
A Comines, découvrez le Musée de la Rubanerie, musée vivant avec ses belles mécaniques qui fonctionnent. Visite animée et commentée par d’anciens rubaniers passionnés.

Au Pavillon du Tourisme, dégustez une bière locale près du Moulin Soete.

Bières et abbayes en Brabant wallon.

Hélécine, Jauchelette (Jodoigne), Villers-la-Ville.

Le Domaine provincial d’Hélécine de près de 30 hectares est implanté sur le site de l’ancienne Abbaye des Prémontrés d’Heylissem, fondée en 1129 et rebâtie ensuite dans le style Louis XVI.

On peut y admirer le château du 18e siècle, de style néoclassique.
Le parc entourant le château est ouvert au public. Il com- prend une réserve de 4 hectares, une glacière du 19e siècle, un cadran solaire géant, ainsi qu’une série d’installations de loisirs dont une buvette champêtre où l’on peut déguster la bière d’Abbaye d’Heylissem.
Sur la route de Villers-la- Ville, un arrêt s’impose à la Ferme de l’Abbaye de la Ramée à Jauchelette (Jodoigne). Cette magnifique ferme brabançonne remonte au 13e siècle, époque où les Cisterciennes vinrent s’y installer. Comme toutes les abbayes du pays, la Ramée connut des conflits et des troubles suite aux guerres de religion, particulièrement dans le courant du 17e siècle. Elle fut incendiée en 1650 et reconstruite au cours du 18e siècle. Fermée en 1706 après la Révolution française, l’Abbaye fût en partie démolie. La Ferme de l’Abbaye échappa à la destruction.

La Grange Dimière (début du 18e siècle) est considérée comme la plus importante du pays.
La ferme et la grange sont classées Patrimoine Exceptionnel de Wallonie.
Le Fruiticum installé dans les anciens vergers de l’ab- baye est un conservatoire d’espèces fruitières: plus de 300 variétés différentes de pommiers, poiriers, cerisiers,… y sont sauvegardées et soigneusement entretenues. Seul l’extérieur de la ferme et le fruiticum sont accessibles au public.

L’Abbaye de Villers, un des plus grands ensembles monastiques cisterciens d’Europe.

Ambiances et saveurs du Roman Païs.

Nivelles, Ittre, Tubize, Rebecq, Braine-le-Château, Nivelles.

A moins de 25 km de Bruxelles, le Roman Païs vous invite à l’évasion et à la découverte d’une région au riche passé historique et aux saveurs multiples.

La Collégiale Sainte- Gertrude, joyau de l’architecture romane est le cœur de Nivelles, ville de tradition connue pour son savoir-vivre et sa célèbre tarte « al djote » accompagnée d’une bière de type ‘abbaye’.

L’histoire de Nivelles se confond avec celle de l’abbaye fondée au 7e siècle. La Collégiale Sainte-Gertrude (1046) reste une des plus importantes églises romanes d’Europe.
Les différents sous-sols archéologiques contiennent les vestiges de cinq églises successives, édifiées entre le 7e et le 10e siècle.

Le quartier Saint-Jacques, quartier des brasseurs, a quant à lui, conservé de nombreuses traces des anciennes brasseries nivelloises.

Une promenade d’ambiance qui vous plongera au cœur de la ville.

Les localités voisines, Ittre et Tubize, témoignent d’un passé industriel prestigieux tout en offrant une nature préservée et diversifiée qui vous invite à la balade.

Situés au centre du village, de part et d’autre de la Senne, les moulins d’Arenberg participent à l’atmosphère unique de Rebecq. Construit dès la fin du Moyen Age, le Grand Moulin a conservé son imposante machinerie, actionnée par une impressionnante roue à aubes.

Ce moulin reste le cadre de passionnantes expositions temporaires.

 

 

La Taverne du Grand Moulin propose la dégustation de bières brassées par la Brasserie Lefèbvre de Rebecq.

Cette brasserie de longue tradition produit la Barbãr, la Bonne Espérance et nombre d’autres bières de renommée telles la Floreffe, la saison 1900, …
Ensuite, le village de Braine-le-Château vous attend pour une visite de ses nombreux vestiges du passé féodal avant de rejoindre Nivelles pour une dernière halte gastronomique.

 

A voir dans les environs

  • La Maison du Bailli, le Pilori, le Moulin Banal (BRAINE-LE-CHATEAU )
  • La Forge-Musée et le hameau de Fauquez (ITTRE)
  • Le Parc de la Dodaine, l’église Saints-Jean et Nicolas et le complexe des Récollets, le Musée communal (NIVELLES)
  • la carrière de Quenast, le Petit Train du Bonheur (REBECQ)
  • Le Musée de la Porte, La Fontaine Sainte-Renelde à Saintes (TUBIZE)

De la brasserie des moines à celle des contemporains.

Villers-la-Ville, Genappe, Ottignies-Louvain-la-Neuve.

Tout commence à l’Abbaye de Villers, un des plus grands ensembles monastiques cisterciens d’Europe.

Fondée en 1146 par quelques membres de la communauté de Clairvaux, l’abbaye est aménagée pendant plus de six siècles et reflète tous les styles architecturaux qui se sont succédés dans nos contrées. Abandonnée en 1796, l’abbaye acquiert progressivement son atmosphère actuelle de ruines romantiques envahies par la nature. Le visiteur découvre l’ancienne hôtellerie qui servit de brasserie à partir du 16e siècle. Mais la fabrication de la bière est attestée à Villers-la-Ville dès le Moyen Âge.
A quelques kilomètres de là, La Tourelle, ferme fromagerie située à Ways (Genappe) vous accueille pour une halte gourmande.

Vous pouvez y déguster la bière du Lothier qui accompagne la spécialité gastronomique de Genappe, la Tarte du Lothier dont la recette est défendue par la confrérie du même nom. Vous pouvez égale- ment visiter la chèvrerie (sur rendez-vous).
De la campagne à la ville moderne, il n’y a qu’un pas. Installée au cœur de Louvain-la-Neuve, célèbre cité estudiantine, la micro- brasserie le Brasse-Temps est créée en 2001 par une des plus anciennes brasse- ries de Wallonie toujours en activité, la brasserie Dubuisson qui produit la célèbre Bush Beer. Le Brasse-Temps produit trois bières: la Cuvée des Trolls, l’Embrasse-Temps et une Blanche dont la dégustation est possible dans le café qui jouxte la microbrasserie.

A quelques pas de là, le Domaine provincial du Bois des Rêves à Ottignies est un paradis de verdure de 65 ha. Il accueille de nombreux visiteurs attirés par la plaine de jeux, les pistes de santé, la piste VTT, la piscine avec pataugeoire (en juillet et août), les jar- dins, les bois, l’étang,… Les promeneurs peuvent apprécier les sentiers didactiques et les parcours de détente, dans une zone d’intérêt floristique et faunistique. De mai à août 2005, une exposition sur le thème de la bière est présentée au pavillon d’accueil du domaine.

Saint-Gilles 19ème,
 entre Art Nouveau et tradition.

Porte de Hal, Parvis, Barrière de Saint-Gilles, Hôtel de Ville.

Vous aimez traverser les siècles et les frontières en quelques mètres ? Fuir le centre-ville et découvrir des quartiers inconnus ? Arrêtez- vous, Saint-Gilles est faite pour vous !

 

Ville et village à la fois, cette commune est celle des artistes, des immi- grés, des poètes et des jeunes branchés. C’est là que vous savourerez une trappiste dans un café Art Nouveau ou Renaissance, là que la chaleur des bistrots d’autrefois n’a pas changé d’un pouce et que la zwanze bruxelloise se consomme à l’état pur.

Fière tour aux allures de château féodal, la Porte de Hal s’élève dans le ciel avec toute la prestance que lui confère son grand âge. Datant du 14e siècle, cet ultime vestige de la deuxième enceinte de Bruxelles vit sa fonction militaire muer au fil du temps. Successivement grenier à grains, temple luthérien et même prison, avant de devenir un des premiers musées d’Europe en 1847, elle poursuit aujourd’hui sa vocation tardive avec succès. En contrebas, la rue Jean Volders invite à la flânerie du haut de son architecture 19e. Ici, point de
pont-levis mais des ferronneries en coups de fouet. Chers à l’Art Nouveau et à Ernest Blérot, ils constituent, comme les sgraffites colorés, des ornementations typiques de ce courant architectural révolutionnai- re. Ne résistez donc pas au chant des sirènes: la Porteuse d’Eau invite au repos et à la dégustation sous un impressionnant puits de lumière.

A l’ombre de l’église, changement radical d’ambiance et de fréquentation: jeunes branchés et habitués dégustent une bière à l’emblématique Brasserie Verschueren. Ici, ce sont les lustres Art Déco qui donnent le ton, tout comme le tableau mural affichant les pronostics de foot. A l’autre extrémité du Parvis Saint-Gillois célèbre pour son joyeux marché matinal, la Brasserie de l’Union fait- elle aussi le plein d’amateurs de foot, de bières, mais aussi de visiteurs en tous genres dans un cadre pour le moins hétéroclite.
En amont, vous ne pourrez manquer le rond-point de la Barrière de Saint-Gilles et sa fontaine: la voici, la petite porteuse d’eau qui abreuvait de son eau les chevaux assoiffés des diligences.

Œuvre du sculpteur Belge Julien Dillens, elle encourage les passants à poursuivre leur route vers l’Hôtel de Ville, somptueuse conception de style Renaissance française de l’architecte Dumont. Visiblement inspirée par la beauté de l’édifice communal richement sculpté et orné, la Brasserie de la Renaissance offre, quant à elle, son profil le plus avantageux en toute saison: moulures mordorées en
hiver et terrasse en été. Plus loin, le temple de la cervoise vous attend pour une ultime halte brassicole. Moeder Lambic, ce « must » pour spécialistes et néophytes offre un choix de quelques … 250 bières, dont une dizaine au fût.

N’hésitez pas à vous faire conseiller par le patron qui se fera un vrai plaisir de vous guider dans les méandres illimités des arômes du nectar belge!

Bruxelles de haut en bas, rendez-vous brassicoles 
et culturels hauts en couleurs.

Porte de Namur, Quartier Saint-Boniface, Matonge, Place Fernand Cocq, Place Flagey, Etangs d’Ixelles.

La Porte de Namur est le rendez-vous des amateurs de beaux magasins, de cinéma et de brasseries typiques comme Le Trappiste ou la Taverne Toison d’Or.

A côté, le très branché quartier Saint-Boniface grandit au 19e siècle autour de sa belle église en se dotant de maisons Art Nouveau dues à l’architecte Ernest Blérot. Sagraffites colorés et balcons forgés sont autant d’éléments décoratifs à admirer en dégustant avec bonheur une des innombrables bières fraîches de l’Ultime Atome. En face, l’intimiste Eat&Love propose une cui- sine aussi trendy que son décor alors que le Belgo belge se spécialise dans la préparation des moules, le tout à l’ombre de l’Eglise néogothique Saint-Boniface, première du type à Bruxelles.
Des notes exotiques annoncent l’éveil joyeux de Matonge, le quartier africain de Bruxelles, réputé pour le nombre impressionnant de ses salons de coiffure, cafés et autres épiceries dont les étalages regorgent de mangues gourmandes et de patates douces.

Dépaysement garanti.
Au milieu de la chaussée de Wavre se trouve aussi le paradis des amateurs de bières: « Beermania » propose plus de 400 bières belges artisanales à emporter.
De retour sur la chaussée d’Ixelles et ses magasins de Bandes Dessinées, la demeure immaculée du violoniste de Bériot et de sa cantatrice de femme, La Malibran, vous signalera un temps d’arrêt. Sur votre gauche, le temple de la gastronomie à la bière, le Volle Gas est un must. Ici, de l’entrée au dessert, tout est à la bière. Dans un tout autre style, l’intimiste Imagin’Air Art Café vient d’ouvrir sa nouvelle cuisine naturelle et artisanale. Quant à L’ Amour fou, résolument cool, dans sa nouvelle déco « Zen », il ne se présente plus.

Fin du périple en contrebas: laissez vos jambes vous guider très naturellement jus- qu’à Flagey, imposant « paquebot » multiculturel du 21e siècle, pour une dernière promenade autour des étangs d’Ixelles bordés d’hôtels de maîtres à l’architecture époustouflante. A quelques mètres de la place, Le Pantin puise dans la personnalité de son pro- priétaire son âme d’artiste et la richesse de sa carte à
bières et Le Fourquet, vous propose son cadre typique Art déco et sa cuisine maison. « Last but not least», le très prisé Belga, situé au rez-de-chaussée de Flagey, ex- Institut National de Radiodiffusion: impossible de le rater par sa taille et sa déco moderniste.

Bruxelles Prestige, quand « authentique » rime avec « lambic ».

Grand Sablon, Manneken Pis, Bourse, Grand-Place, Galeries Saint-Hubert, Place de Brouckère, Place des Martyrs.

Départ chic pour découver-te de prestige: la place du Grand Sablon, rendez-vous gourmand des chocolatiers, antiquaires et galeristes ! Vous les rencontrerez Chez Richard ou au Café Leffe dont vous pousserez la porte avant de plonger dans le charme irrésistible de la petite Rue de Rollebeek, toute de pavés vêtue…

Pas loin de là, ne ratez pas le rendez-vous des surréalistes belges à La Fleur en Papier doré avant de rejoindre par la rue du Chêne les murs BD et notre célèbre Manneken Pis: le très typique Poechenellekelder vous y attend !
En direction de la Bourse richement ornée, votre regard ne manquera pas d’être accroché par l’architecture des grands boule- vards hausmanniens: néo- renaissance, éclectisme et classicisme s’y sont donnés rendez-vous. A côté de la Bourse, le Falstaff, brasserie mythique « Jugendstil », est le lieu rêvé pour admirer l’Art Nouveau en dégustant l’une ou l’autre gueuze. De l’autre côté, le Cirio accueille curieux et Bruxellois avec la même chaleur: ici, on savoure autant l’atmosphère que la bière!
L’Eglise Saint-Nicolas, enser- rée dans son écrin médiéval, mène aux estaminets d’au- trefois avec ce zeste d’hu- mour qui leur sied si bien. Au bout de leurs impasses, La Bécasse, A l’Imaige Nostre Dame et au Bon Vieux Temps semblent sor- tis d’une machine à remon- ter le temps ! Pichets typiques et fers forgés ne sont pas les moindres de leurs qualités: la bière y règne en maître absolu. Vous voici à l’orée de la Grand-Place ! Ici ont vécu Victor Hugo, Verlaine et Rimbaud, ici s’arrêtèrent Baudelaire et Marx. Admirateurs, amoureux et gastronomes s’imprègneront de ce cadre époustouflant. L’irrésistible Rose blanche flattera les palais les plus délicats. Si vous êtes d’hu- meur à la dégustation, ren- dez-vous à la Brouette pour ses « flamekueches » ou aux côtés du cheval du Roy d’Espagne !
Les Brasseurs de la Grand’Place proposent quant à eux de très judi- cieuses « planchettes » de 4 bières maison. Les plus curieux poursuivront cette découverte par une autre, audio-isuelle celle-là, dé- diée à l’art du brassage dans les profondeurs du Musée des Brasseurs Belges, dégus- tation à l’appui.
Mais l’heure est au folklore avec les marionnettes du Théâtre de Toone ! Dans le dédale des petites rues de l’ïlot sacré, ne manquez pas de faire une visite au Delirium Café et ses 2004 bières, avant de rejoindre les Galeries Royales Saint- Hubert où luxe rime avec boutiques, théâtre et cinéma, sans oublier Bruxelles en Scène, une exposition ludique et poétique, où vous découvrirez les mythologies bruxelloises. Laissez le charme opérer à la Taverne du Passage ou à la terrasse du Mokafe pour déguster avec superbe cette promenade créée par Cluysenaar sous son époustouflante galerie de verre. Au bout de la galerie, la … Mort Subite vous attend. Haut lieu de la tradition bruxelloise, c’est là que tous viennent déguster depuis des siècles tartines au fromage blanc et radis, arrosées de gueuze fraîche.
A une jetée de pierre du Théâtre Royal de la Monnaie, la rue Fossé aux Loups propose aux plus blasés la très prestigieuse brasserie Belga Queen, ancien Hôtel de la Poste transformé par la magie du décorateur Pinto. Rendez-vous sur le boulevard Adolphe Max au Café du célèbre Hôtel Métropole: conçu par Alban Chambon, tout ici exalte la Belle Epoque dans un éclaboussement joyeux de lustres et d’ambres du plus bel effet.
Enfin, le Corbeau, dernière halte festive de ce périple « authentique », cette brasserie révèle pleinement la gouaille bruxelloise ! La bière s’y déguste en « chevaliers » d’un litre et demi-litre, verres étonnants qui réservent quelques surprises… mais chut, on n’en dira pas plus !

Etablissements décentrés mais valant le détour

Le Biercircus
rue de l’Enseignement, 89 à 1000 Bruxelles
Ouvert en semaine de 12 à 14h30 et de 18 à 24h
Une carte phénoménale de plusieurs centaines de bières !
Tél.: +32 (0)2/ 218.00.34 – www.biercircus.com
L’imprimerie
chaussée de Saint-Job, 666 à 1180 Bruxelles (Uccle)
Ouvert à partir de 18h, fermé le lundi.
Une micro-brasserie branchée.
Tél.: +32 (0)2/ 372.93.25 www.limprimerie.be – info@limprimerie.be

Bruxelles Branchée, une promenade décoiffante pour les amateurs d’ambiance.

Quartier Saint-Jacques et Saint-Géry, Rue Dansaert, Place Sainte-Catherine, Place du Nouveau Marché aux Grains, Canal.

A une centaine de mètres de la Grand-Place de Bruxelles, la Place de la Vieille Halle aux Blés marque symboliquement ce périple: point de départ des services de courrier du 18e siècle, cette place accueille aujourd’hui, outre la Fondation Internationale Jacques
Brel, une série de brasseries trendy, dont le Cap et le Novo, dignes de flatter votre palais à toute heure du jour et de la nuit !

Rendez-vous ensuite au quartier Saint-Jacques, le « Marais » bruxellois, pour son ambiance mêlant artistes, gays, habitants et voyageurs. Il abrite notre célèbre bambin Manneken pis mais aussi les murs BD. Un Lombard, tout neuf, y côtoie l’incontournable Plattesteen, aussi célèbre pour sa terrasse que ses bons petits plats.

Au Soleil, rue Marché au Charbon, la chaleur jazzy de la carte rayonne bien au-delà de sa terrasse. A quelques pas, les grands boulevards cachent en leurs entrailles la Senne, fleuve bruxellois voûté depuis des lunes et offrent un éventail d’en- seignes aux styles d’une rare variété, fruit d’un concours d’architecture lancé au 19e siècle. Le néo-renaissance y rivalise de prestige avec le classique tout en révélant la sensualité de l’Art Nouveau. El Metteko vous y propose une halte bien méritée.
Toute cette diversité symbolise à merveille le public du quartier Saint-Géry, berceau historique de la ville.

La Place et ses Halles sont aujourd’hui le royaume du farniente. Point de rendez-vous festif des jeunes de la capitale, ses cafés battent le plein jusqu’aux petites heures du matin: découvrez le PP Café, le bar du Mappa Mundo et ses mappemondes, le Roi des Belges et son DJ, le Mezzo et sa musique lounge/jazz live et le Café Central, ses concerts et son ciné.

Les amateurs de stylisme seront aimantés par la rue Dansaert

C’est là et nulle part ailleurs que les jeunes créateurs créent la tendan- ce. Restos branchés, magasins et bijouteries design complètent à merveille ce paysage sans pour autant priver le quartier de son authenticité. A ce titre, poussez la porte de l’Archiduc: derrière sa façade de couleur turquoise usée se cache un bel intérieur Art Déco. Essayez ainsi le Greenwich où vous craquerez pour ses joueurs(ses) d’échecs et son cachet inimitable.
Ne manquez pas d’explorer l’ancien port de Bruxelles en lisant les noms des rues. Souvent, ils font allusion aux activités marchandes de la capitale: Quai aux Briques, Quai au Bois à Brûler, rue des Poissonniers…

L’église Sainte-Catherine est d’ailleurs construite sur un des derniers bassins bruxellois !
Dans ses environs, plusieurs établissements chics ou typiques méritent de s’y arrêter tels que: Chez François, La Belle Maraichère ou le Paon royal. Pour les amateurs d’insolite, rendez-vous chez Viva’m Boma ou au Monk. De retour rue Dansaert, à hauteur de la très stylée rue Lepage, respirez un grand coup Place du Nouveau Marché aux Grains.

A quelques mètres de là se trouve la rue du Houblon.
Il est fort probable que de divines effluves sucrées vous chatouillent les narines car vous êtes à deux pas des ateliers Dandoy, gourmands concepteurs des fameux spéculoos, pains à la grecque et autres délices bruxellois. A défaut de les goûter sur place*, faites une petite halte culturo-désaltérante au tout nouveau musée Jijé et sa brasserie, élevés à la gloire du génie belge de la BD, Joseph Gillain.
Enfin, de l’autre côté du canal, face au Walvis, les bâtiments de la grande Brasserie Belle-Vue clôturent symboliquement votre parcours.
Sous leur immense enseigne blanche sur fond rouge reposent paisiblement quelques milliers de fûts de gueuze, kriek et autres lambics, en attendant d’être savourés.